Prélude du libre penseur

Prélude du libre penseur

(sous la perruque de monsieur Voltaire)

(1999) Durée : 5’

Partition Prélude du libre-penseur

Interprète : Violaine Cochard

= = = = =

Cette œuvre a été composée pour servir de pièce imposée à l’occasion de l’édition 1999 du Concours international de clavecin organisé par la société de concert Les Idées Heureuses. Elle est dédiée, en toute amitié, à la fondatrice et directrice de cette société, Geneviève Soly.

À la suggestion de la dédicataire et commanditaire, l’œuvre s’inspire librement des Préludes non mesurés qu’ont écrit certains clavecinistes français du XVIIe siècle, notamment Louis Couperin et Jean-Henri d’Anglebert.

Adoptée aussi pour rendre évidente la construction polyphonique de la musique (jusqu’à 3 couches par main), la notation adoptée (notes noires, blanches et parfois losangées, sans hampe) veut surtout signifier la liberté rythmique laissée à l’interprète. En contrôle du tempo et de l’articulation rythmique, celui-ci peut alors modeler la forme de l’œuvre, sa courbe dramatique, en fonction de la dynamique des tensions qu’il perçoit dans les notes.

En composant, j’avais aussi en tête la figure de Voltaire, habile « libre penseur » annonçant la fin d’un monde, celui que la Révolution française renversera, marquant en même temps la fin de l’époque royale du clavecin. Durant ses quelques minutes, le Prélude pourrait donc évoquer cette figure, méditant sous sa perruque, faisant – à l’instar de la musique – monter ses pensées vers celle d’une possible mutation de la société et des mentalités, mutation suggérée par la « modulation » terminale où le SOL grave s’impose comme nouveau pôle.

Les ornements utilisés font référence à la table des agréments figurant dans l’édition des œuvres de d’Anglebert publiée par Kenneth Gilbert chez Heugel.

 

Michel Gonneville

Octobre 1998

Jan 31, 2016 | Publié par dans Articles Œuvres | Commentaires fermés sur Prélude du libre penseur